FR |  EN

Le musée Clemenceau - Quelques lieux de mémoire

Principaux sites « clemencistes » à Paris et en province

Paris :

Nous vous invitons à découvrir l’appartement parisien de la rue (Benjamin) Franklin (n° 8), dans lequel Georges Clemenceau vécut de 1895 à sa mort en 1929 (pour trouver tous les détails sur les jours et heures d’ouverture et autres renseignements utiles, voir sur ce site la rubrique « informations pratiques »). Ce lieu permet de saisir, par l’observation du décor, des livres et des objets dont Georges Clemenceau aimait s’entourer, son intimité et ses centres d’intérêt.
Visite que vous complèterez (à l’étage au-dessus) par celle de la riche « galerie documentaire », récemment rénovée, qui évoque, à travers de nombreux documents, sa formation, son itinéraire politique, ses principales réalisations (modernisation de la police...) et l’amplitude de son œuvre écrite, depuis sa thèse en médecine, jusqu’à son dernier ouvrage, publié après sa mort : « Grandeur et misère d’une victoire », sans oublier les nombreux journaux qu’il a créés ou auxquels il a collaboré.

Trois ans après la mort de Georges Clemenceau, le 24 novembre 1932, le président Edouard Herriot inaugura à Paris, à l’angle du Petit Palais et de l’avenue des Champs-Elysées (Métro « Champs-Elysées-Clemenceau ») une statue de celui qui avait gagné, aux lendemains de la Première Guerre Mondiale, le surnom de « Père la Victoire ».
Elle est l’œuvre du sculpteur François Cogné.
Chaque année le Président de la République - après avoir ranimé le 11 novembre la flamme du tombeau du Soldat Inconnu sous l’arc de Triomphe- dépose une gerbe au pied de la statue de Clemenceau.

Au musée de l’Orangerie, vous pourrez admirer un buste de Georges Clemenceau par Auguste Rodin.
Sa présence rappelle le rôle éminent que joua Georges Clemenceau auprès de son ami Claude Monet pendant que celui-ci peignait les grands panneaux des Nymphéas qu’il avait décidé d’offrir à la France pour célébrer à sa manière la victoire de 1918. Sa vue déclinait, ainsi que son moral. Georges Clemenceau le décida à se faire opérer les yeux, et l’encouragea tout au long de son entreprise. C’est à sa ténacité enfin que l’on doit l’aménagement de la salle de l’Orangerie destinée à accueillir les Nymphéas, qui fut inaugurée en sa présence après la disparition du peintre.

Clemenceau chérissait la Vendée, où il était né.

A Mouilleron en Pareds, vous pourrez voir sa maison natale (rachetée par le ministère de la culture) et visiter le Musée National Clemenceau de Lattre (www.musee-deuxvictoires.fr), consacré aux deux illustres enfants de la commune.


Dans la commune de Saint-Vincent sur Jard, ne manquez pas de visiter la modeste résidence qu’occupa Georges Clemenceau chaque été à partir de 1920 : la maison de Bélébat, qu’il appelait affectueusement « ma bicoque ».
Rachetée par l’Etat en 1932, gérée aujourd’hui par les Monuments Historiques, vous pourrez la visiter :

  1. tous les jours du 15 mai au 30 juin et du 1er au 15 septembre de 9h30 à 12h30 et de 14h15 à 18h30
  2. tous les jours du 1er juillet au 31 aout de 9h30 à 18h30
  3. tous les jours sauf le lundi du 23 septembre au 15 mai de 10 h à 12h30 et de 14 h à 17h 30

Téléphone : 02 51 33 40 32

 

 

Le 2 octobre 1921, Georges Clemenceau participe de son vivant à son propre hommage en inaugurant un monument aux morts orné notamment de sa statue en pied, érigé sur la place de Saint-Hermine, petite bourgade située à quelques kilomètres du château familial de l’Aubraie.
Ce dernier appartient toujours à ses descendants. Il n’est pas ouvert à la visite.

 

 

 

Enfin dans la commune de Mouchamps, à deux pas d’une maison qui avait appartenu à la famille Clemenceau, « le Colombier » vous pourrez vous recueillir sur la tombe très sobre dans laquelle Georges Clemenceau a choisi de reposer aux côtés de son père Benjamin, à l’ombre de l’arbre de la liberté planté par celui-ci en 1848 et d’une stèle, réalisée par Pierre Sicard, représentant une Minerve s’appuyant sur une lance.

Pour tous renseignements complémentaires, vous pouvez également consulter le site www.vendee-tourisme.com

Revelis société de communication visuelle interactive - création de site web, charte graphique, conseil en communication et formation en informatique design by deBizemont Studio